« Read first », l’application 100% smartphone

Expliquer l’actualité aux jeunes, de manière ludique, concrète, originale et innovante. Voilà le pari fou de deux étudiants de l’IFP de Paris, qui vont lancer prochainement leur application « Read First ». Avec, en bonus, une écriture consacrée entièrement au smartphone.

couv read first

Maxime Lebufnoir et Brice Laemle sont deux étudiants en dernière année à l’IFP de Paris. Dans quelques mois, leurs études seront terminées et ils vont devoir se lancer en solo, dans le terrible monde du journalisme. Alors, pour adoucir ce virage, les deux jeunes hommes ont décidé de créer « Read First », une application uniquement pensée pour smartphone et destinée aux 18-35 ans. « On n’écrira pas comme  sur un site web, sur du papier ou comme un format radio ou vidéo. On veut vraiment tenter de trouver une écriture pour smartphone » explique Maxime.

C’est en multipliant les stages dans les rédactions que Maxime et Brice ont eu un jour cette idée de créer « Read First ».  Ils voulaient faire des choses différentes à l’ère du numérique. « On a vu le téléphone et on s’est dit, tiens c’est un outil qui va se développer, toutes les statistiques le montre. Il est vraiment possible de s’amuser avec cet outil et c’est ce qu’on va faire », souligne Brice. L’envie des jeunes hommes ? Mettre en place un format de quotidien numérique. Ras-le-bol de l’information en continue, « Read First » veut apporter un apaisement de l’information. Trier l’info, la hiérarchiser, l’expliquer, la rendre concrète.

« On cherche les aspects innovants de l’outil sur lequel on va publier »

Créer un quotidien numérique. Voilà l’idée. Pour se faire, chaque jour, dans « Read First », il y aura 13 articles publiés, pour un temps de lecture maximal d’1/4 d’heure. Ces mêmes articles disparaîtront le lendemain pour faire place à 13 nouveaux sujets. Impossible de revoir ceux publiés la veille. Ces articles ne feront qu’entre 800 et 1000 signes. C’est là une volonté de l’équipe d’être concis, afin de ne pas perdre des lecteurs en route.  » Lorsqu’on écrit une phrase, on veut qu’elle soit forte, au plus proche des faits, elle doit avoir un impact très précis. On veut que les articles soient lus et compris en moins d’une minute. Surtout compris », expliquent les jeunes hommes en riant.

read first deux
Aperçu de l’application dans sa version « bêta »

 

L’équipe de « Read First » veut surtout chercher les aspects innovants de l’outil sur lequel ils vont publier. « Un journaliste du Monde va voir son article papier décliné tel quel sur le web puis sur smartphone. Nous on ne croit pas en ça. On juge que ce n’est pas possible. » Il faut donc réfléchir à des formats qui vont être adaptables et adaptés aux téléphones. Images, articles à puces, gifs, textes plus concis, ton différent… Tout y passe, tout est réinventé pour le smartphone. « Ce qui est drôle c’est que c’est clairement pas ce qu’on a appris en école de journalisme : on déconstruit tout ce qu’on a appris ! », plaisantent Brice et Maxime.

Tenir une promesse

Lorsque l’on aborde la question d’une date de lancement, les deux étudiants en journalisme rient. « Chaque jour amène son lot de bonnes et moins bonnes surprises. Alors on va te dire, normalement d’ici l’été ». En effet, « Read First » est un challenge très lourd, avec un rythme de travail quotidien qui demande beaucoup de préparation en amont. Une quinzaine de personnes travaillent actuellement sur le projet et l’équipe continue de rechercher des plumes, des personnalités qui peuvent se joindre à l’aventure.« On part sur une vraie promesse, on veut la tenir. Quand on se lancera, ce sera pour de bon, mais on veut être à 100%! »

Disponible sur iOs & Androïd

Pour les suivre : Twitter / site internet
Les contacter : contact@readfirst.fr / redaction@readfirst.fr

Posted by Sophie Wiessler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *