[ VIDEO ] iReportage : c’est possible !

Maurice Fick est un journaliste courageux. Pour les besoins de ce projet, il a accepté de faire un reportage uniquement à l’aide d’un iPad. L’occasion pour moi de le suivre sur le terrain et de vivre avec lui cette nouvelle expérience. Je vous y entraîne, avec nous, afin que vous compreniez comment doit travailler un journaliste mobile lorsqu’il est seul sur un sujet. Prêts ? C’est parti !

Lundi 15 décembre 2014. Comme à son habitude, le train en partance pour le Luxembourg est rempli de frontaliers allant travailler. Par chance je trouve une place assise et profite du trajet pour écouter de la musique. Aujourd’hui est un jour particulier puisque je retourne au Luxemburger Wort afin de suivre Maurice Fick, journaliste au pôle francophone, sur un sujet. Mais pas n’importe lequel puisque le challenge du jour – pour lui – sera d’utiliser exclusivement un kit iReporter. C’est-à-dire un iPad, un trépied et un micro. Une première pour lui, qui n’a jamais été formé à la vidéo. J’appréhende donc de voir le résultat une fois sur le terrain.

Il est déjà affairé derrière son bureau lorsque j’arrive dans les locaux. « A la recherche du sujet idéal », me dit-il avec un sourire. Il semble plutôt impatient de se lancer dans l’aventure. Je m’installe donc à ces côtés pour l’aider dans ces recherches. Après quelques coups de fil et recherches sur Internet, notre sujet est fixé : la bataille des Ardennes et la visite des vétérans de la Seconde Guerre Mondiale au musée national d’histoire militaire de Diekirch. Un sujet simple, avec un « trois questions à » et quelques plans de coupe des vétérans. Inutile de compliquer l’exercice.

Avant de partir, Maurice veut s’assurer de bien connaitre le matériel. Il ne sait pas quelle application utiliser pour filmer, ni comment savoir si justement, « ça enregistre ou non ». Il demande donc conseil aux journalistes vidéos. Le stress commence à monter. Pour lui, c’est un véritable défi qui lui est demandé. Il ne veut surtout pas se rater. On procède donc à quelques tests en intérieur, pour « se faire la main ».

DSC00978

DSC00980

 Stress quand tu nous tiens !

La route est longue jusque Diekirch. Maurice semble détendu et impatient de se mettre à l’oeuvre. Mais une fois arrivé sur place, le stress revient vite. Trouver son interlocuteur, le mettre en situation, voir où il faut tourner, tout un tas de questions tourbillonnent dans sa tête et l’alarment quelque peu. Je le laisse gérer, me faufilant telle une ombre silencieuse derrière lui, juste au cas où. Steve Kayser, l’historien que Maurice va interviewer nous attend devant le musée. Mais notre journaliste peine à sortir son matériel et à tout tenir correctement : comment bien tenir son iPad et le micro quand on veut également son bloc-note avec soi ? Une question à laquelle il n’avait pas pensé. Mais l’interviewé se montre patient et curieux de ce mode d’interview particulière que lui propose Maurice.

Une fois en place, Maurice semble maîtriser ses outils. Enfin presque, puisqu’il n’appuie pas correctement sur le bouton « REC » et que je dois intervenir. Mais ce genre d’incident arrive même aux meilleurs. « J’ai l’impression de me faire emporter par le mouvement » me confie-t-il. « Tout bouge autour de moi, je veux avoir les meilleures images possibles donc je cours partout » ajoute-t-il. Pourtant, l’interview se passe finalement bien et Maurice semble s’amuser. « On apprend des choses hein ! » finit-il par dire à Steve Kayser à la fin de son interview, soulagé.

DSC01003

DSC01009

Mais à présent ce sont les images qu’il faut trouver, afin de donner un peu de vie à ce sujet. Difficile lorsqu’il s’agit de tourner dans un musée. Encore une fois, c’est une expérience inédite pour Maurice, qui s’engage dans le musée sans vraiment savoir quoi filmer, ni comment s’y prendre. « Les lumières dans les musées se reflètent sur les vitres, ça ne donne rien de bon, je fais quelques tests mais je pense que ce n’est pas une bonne idée » m’indique-t-il. Il multiplie pourtant les plans inertes de photos derrière des vitres, plans qui ne seront pas utilisés pour le montage final. Il fera finalement un panorama d’une reconstitution d’une scène mythique de la Seconde Guerre Mondiale : une bonne idée, compte tenu du peu de propositions possibles pour lui sur ce sujet.

DSC00987

DSC01011

Après plus d’une heure sur place, nous reprenons le chemin du retour, l’iPad rempli de rush qu’il va falloir à présent trier pour en faire le montage final. Heureusement pour Maurice, ce sera Dan, l’un des journalistes vidéos qui va réaliser le montage pour lui. Il n’a plus qu’à écrire le texte qui accompagnera sa vidéo. La journée « iReportage » arrive donc à son terme.  Je profite de la route du retour pour prendre les impressions de Maurice, à chaud, après ce premier sujet.

Découvrez le résultat de cette périlleuse journée !

Le reportage fut réalisé en temps et en heure. Malgré quelques difficultés liées au stress et quelques maladresses de part sa non-expérience de l’audiovisuel, Maurice s’en sort avec un résultat très satisfaisant. Je vous laisse le découvrir en image ci-dessous ou en suivant ce lien, vers l’article complet joint à la vidéo. Preuve qu’un journaliste peut se familiariser avec ces nouveaux outils mobiles et produire des contenus de qualité !

 

Un grand merci à Maurice qui m’a permis de réaliser beaucoup de choses pour ce site internet. J’espère pouvoir réaliser d’autres sujets de ce genre en ta compagnie !

Posted by Sophie Wiessler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *